Tél. : 05 46 22 21 70
Ouverture : 7j/7
de 8h à 20h

Clinique Pasteur Royan
222, avenue de Rochefort
17201 Royan Cedex
Tél : 05 46 22 22 22

Médecine

Anesthésie, Réanimation












L’anesthésie est un ensemble de techniques qui permettent la réalisation d’un acte chirurgical, obstétrical ou médical (endoscopie, radiologie ...), en supprimant ou en atténuant la douleur pendant et après l’intervention dans des conditions optimale de sécurité.

 La consultation d’anesthésie

Toute anesthésie, générale ou locorégionale, réalisée pour un acte non urgent, nécessite une consultation pré-anesthésique plusieurs jours à l’avance. Au cours de cette consultation, vous serez informé(e) des différentes techniques d’anesthésie possibles et adaptées à votre cas.

Le choix du type d’anesthésie sera prévu en fonction de l’acte opératoire, de votre état de santé et des résultats des examens complémentaires éventuellement prescrits.

Lors de la consultation, le patient est informé des risques et des bénéfices du type d’anesthésie choisi. Le médecin est là pour répondre à toutes ses questions.

 Notre organisation

  • Quelques instants avant l’intervention, le patient rencontre le médecin anesthésiste qui va réaliser l’anesthésie ; ce n’est pas forcément le même que celui qu’il a rencontré lors de la consultation.
    Cette organisation permet un double contrôle et augmente la sécurité du patient. Le médecin qui réalise l’anesthésie vérifie, en effet, le dossier complet du patient.
    Il peut être assisté d’une infirmière anesthésiste.

  • Après son opération, lorsque l’opéré retourne en secteur d’hospitalisation classique, il se trouve placé sous la responsabilité de l’opérateur (chirurgien ou gastro-entérologue). Celui-ci est responsable des suites opératoires.
    L’anesthésiste peut être appelé pour des problèmes ponctuels concernant la prise en charge de la douleur, ou la réhydratation par exemple.

  • Si, à la suite de son opération, le patient est orienté vers un secteur de surveillance continue (USC), il est placé sous la responsabilité médicale de l’anesthésiste-réanimateur.
    Cependant, certaines décisions relèvent de la compétence du chirurgien : mobilisation ou immobilisation des opérés, ablation des sondes et des drains…
    La mise en œuvre des techniques de réanimation et les prescriptions médicamenteuses incombent par contre à l’anesthésiste-réanimateur.

L’entrée et la sortie des patients de l’unité de surveillance continue se font sur la base d’un accord conjoint des deux spécialistes.

 Les différents types d’anesthésie

Il existe deux grands types d’anesthésie : l’anesthésie générale et l’anesthésie loco-régionale. En dehors des cas d’urgence, toutes deux nécessitent un jeûne d’au moins six heures.

  • L’anesthésie générale Elle a pour effet un état comparable à celui du sommeil. Elle est réalisée grâce à l’injection de médicaments par voie intraveineuse ou l’inhalation de vapeurs anesthésiques (surtout chez l’enfant).
    Durant toute la durée de l’anesthésie, vos paramètres vitaux sont surveillés et relevés sur un document dans lequel on inscrit également l’ensemble des produits qui vous auront été administrés lors de l’intervention. Celui-ci sera archivé dans votre dossier.
    En ce qui concerne votre respiration, elle sera assurée par un appareil spécifique appelé respirateur. De plus, un tuyau appelé « sonde d’intubation » sera placé dans votre trachée après la perte de conscience pour vous relier à ce respirateur.

  • L’anesthésie loco-régionale : médullaire (rachi-anesthésie, péridurale) ou périphérique (bloc) C’est une technique qui permet de n’insensibiliser que la partie du corps sur laquelle se déroulera l’intervention.
    Son principe est de bloquer transitoirement le fonctionnement des nerfs de cette région en injectant à leur proximité un anesthésique local.
    En cas d’insuffisance de l’anesthésie loco-régionale, il peut devenir nécessaire de pratiquer une anesthésie générale.
    Lors de certains actes de chirurgie thoracique, abdominale ou orthopédique, ces techniques d’anesthésie vous seront proposées dans un but d’analgésie post-opératoire afin d’alléger la douleur pour quelques jours.
    L’anesthésie locale sera administrée dans un cathéter placé près du nerf au moyen de neurostimulateur ou d’un appareil d’échographie. Il est possible d’associer plusieurs anesthésies locales.

     Surveillance pendant l’anesthésie et le réveil

    Quel que soit le type d’anesthésie choisi, celle-ci aura lieu dans une salle équipée d’un matériel adéquat adapté à votre cas et vérifié avant chaque utilisation.
    Après votre intervention, vous serez conduit(e) dans la salle de réveil afin que l’on vous surveille en permanence avant de regagner votre chambre ou de quitter l’établissement après votre réveil complet.
    La durée de surveillance varie de 30 minutes à deux heures en fonction du type d’intervention.
    Le suivi des patients à risque est systématiquement réalisé dans l’unité de surveillance continue comprenant huit box.

     Le traitement post opératoire de la douleur

    La prise en charge de la douleur fait partie de nos priorités et nous serons à votre écoute pour trouver le traitement adapté à vos souffrances.

    Des protocoles ont été mis au point par un groupe de travail regroupant des infirmières et des médecins anesthésistes (CLUD : Comité de LUtte contre la Douleur), selon les recommandations des sociétés savantes en ce domaine.
    La douleur post opératoire est évaluée grâce à l’échelle visuelle analogique (EVA) graduée de 1 à 10.
    Plusieurs solutions existent pour vous soulager :

  • La pharmacopée (Antalgiques - Morphinomimétique - Anti-inflammatoires),
  • Cathéter de péridurale mis en place en pré-opératoire et permettant l’analgésie cutanée par seringue électrique,
  • Cathéter crural et inter-scalénique mis au moment de l’intervention et permettant l’analgésie par seringue électrique dans le territoire concerné,
  • PCA (pompe déclenchée par le malade et permettant de délivrer des doses de morphine en fonction de la douleur ressentie).

Votre collaboration est primordiale car vous êtes seul capable d’évaluer le niveau de douleur en toute objectivité.

 Les risques de l’anesthésie

Tout acte médical, même conduit avec compétence et dans le respect des données acquises de la science comporte un risque.

Aujourd’hui grâce aux bonnes conditions de surveillance de l’anesthésie et de la période de réveil, on peut dépister rapidement la survenue d’anomalies et ainsi les traiter.
Il est possible que l’anesthésie provoque des complications graves (cardiaques, respiratoires, neurologiques, allergiques ou infectieuses) mais celle-ci sont très rares.
L’anesthésie et la chirurgie peuvent également être suivies d’évènements désagréables sans gravité.

  • Dr ANTOINE Michel
  • Dr CHAMORRO Patricia
  • Dr DANGELSER Gaëtan
  • Dr DORNER BRACQ Anne Sophie
  • Dr GAYET Martine
  • Dr KARSENTY Jean-François
  • Dr OLIVAN BISTUER Maria del Mar
  • Dr ROUSSEL Martial

Ouverture du lundi au vendredi,
De 9h à 12h30 et 14h à 18h30
Tél. 05 46 22 24 50


Rechercher d'autres spécialités




Suivez notre actualité sur  - Plan du site - Mentions légales - Site réalisé par la petite boîte